Y a-t-il instrumentalisation de la solidarité, notamment par la religion ???

Publié le par Collectif des 12 South-Parkois

Catégorie : II] Pour vivre heureux, ne vivons pas cachés

                        les uns des autres !

Thème : 4) Quand en plus les religions s’emmêlent parce qu’elles s’en mêlent !

 

 

Fiche de visionnage n°12 :

Épisode 42 (saison 3, épisode 11) – Ethernopiens dans l’espace

 

 

 

Analyse philosophique des extrêmes : Y a-t-il instrumentalisation de la solidarité, notamment par la religion ???

 

  • Les pros : Pascal la dalle, les enfants,
  • Les antis : Sœur Hollis, CBC.

 

  • Thèse : Les cathos mènent une guerre commerciale en Afrique ;
  • Antithèse : D’autres sont plus philanthropes ;
  • Synthèse : Les missionnaires sont partout, mais mal vus !

 

 

Il était une fois en Afrique un Marklor qui approchait de Marklor. Il procéda au Marklor et établit un premier contact. Même s’il vint en Marklor, il se fit bouffer par des lions.

 

 

Introduction :

 

 

La générosité et l’aide aux plus démunis sont les fondements de bon nombre de religions, le christianisme en premier lieu de par le message de pauvreté de Jésus puis par les actions de St François d’Assise.

 

L’Afrique, terre fertile en misère, est depuis longtemps – avec l’arrivée des Blancs – un contient propice à la solidarité. Quand les premiers colons sont arrivés, ils emmenèrent avec eux des missionnaires afin de propager la "vraie foi", celle en Jésus. Alors que les locaux avaient une vie, des valeurs et une spiritualité "primitives", les Blancs considéraient qu’il était de leur devoir d’inculquer aux Noirs les bienfaits de la civilisation et de tout ce qui s’y rapporte.

 

De nos jours, de nombreuses organisations s’occupent d’aider les Africains, certaines à caractère humanitaire pur et d’autres avec des arrière-pensées. Les missionnaires cathos sont souvent jugés comme calculateurs car l’on doit se plier à leurs règles pour bénéficier de leurs bienfaits, alors que d’autres viennent en aide gratuitement.

En somme, y a-t-il instrumentalisation de la solidarité, notamment par la religion ???

 

 

Thèse en faveur de l’évangélisation à marche forcée

 

Dans les guerres de colonisation des religions, le sabre montre vite ses limites, là où le goupillon est toujours utilisé pour purifier à l’eau bénite les âmes à conquérir !

Tout comme une entreprise, une religion a besoin de communiquer autour de son offre spirituelle afin de se développer en conquérant de nouveaux marchés de la foi. À notre époque de globalisation, tout est bon pour étendre sa pénétration sur des secteurs émergents. Ainsi, la conversion des âmes païennes se fait à grand renfort de communication et de propagande en encensant la vie de Jésus.

Dans un camp de pauvres en Afrique, seule l’église est belle. Sœur Hollis est venue comme missionnaire en Afrique pour parler aux païens des enseignements de son seigneur Jésus. Les religieux leur ont offert des bibles, mais malheureusement elles ne se mangent pas, elles se lisent ! Pour faire comme dans les autres pays déjà convertis, sœur Hollis propose aux locaux de confesser leurs péchés, même si personne ne semble pressé d’y aller. Qu’à cela ne tienne, la lecture du psaume 46, verset 39 sera toujours "utile". Même sur la planète Marklor, entourée de tant d’âmes à ramener dans le droit chemin, sœur Hollis effectue sa mission. Elle rappelle à ses amis extraterrestres qu’elle est là pour apporter la parole de Jésus, mort pour leurs péchés ! Ce qui étonne bien Marklor qui se demande qui est Marklor.

 

Une religion ne fait jamais de social gratuitement, le but inavoué étant toujours de formater les nouveaux convertis selon ses principes religieux et ses valeurs de vie en communauté !

Sous couvert de solidarité envers les plus démunis, la religion instille son venin dans les esprits de ceux qu’elle est censée aider par simple charité bien ordonnée ! Comme rien n’est gratuit, les cathos comptent bien avoir un retour sur investissement rapide et efficace : en échange de leur aide, ils estiment que l’on doit se convertir et donc se plier aux valeurs et mœurs de leur religion ! Ainsi, sous la forme d’un chantage alimentaire, la religion entend bien rémunérer son action fondamentalement caritative, puisque c’est la moindre des choses d’aider des créatures de dieu, en ayant de nouveaux membres, parfaitement éduqués à ses principes !

Sœur Hollis offre justement un cadeau à l’un des Africains, mais encore une fois ça ne se mange pas ! Il s’agit en fait d’une croix, avec le nom de chrétien de la personne, qui s’appelle dorénavant Michel. Évidemment, puisque les Ethernopiens "parlent" en clics, Michel ne peut prononcer le nom qu’il s’est vu affubler, mais la sœur est sûre qu’il y arrivera un jour. De toute façon ces pauvres gens n’ont pas le choix. Ils doivent bien se souvenir que Lire la Bible + Accepter Jésus = Nourriture ! Souhaitant que Pascal lise Marc 3.19 dans la langue de dieu, l’américain, celui-ci en a marre et s’en va. Sœur Hollis se désole qu’il retourne vers une vie de péché. Il doit comprendre que si lui et son peuple n’acceptent pas Jésus, ils sont voués à brûler éternellement dans les flammes de l’enfer !

 

À force de se concentrer sur l’expansion de ses parts de marchés, la religion catho en oublie sa mission première !

Afin de combler le moindre "vide spirituel", les cathos se dépensent et dépensent sans compter pour occuper un maximum de terrains, construisant à tour de bras des églises et autres éléments importants dans leur quête de nouveaux fidèles. Malheureusement, au lieu de faire leur travail à fond dans quelques endroits, ils se dispersent partout à la fois avec des résultats plus que moyens. En outre, pour continuer leur expansion, ils réclament et perçoivent des fonds considérables, souvent plus utilisés pour entretenir leur système d’implantation à tout va que pour aider ceux à qui c’était initialement destiné !

Afin d’évangéliser les extraterrestres de Marklor, la chaîne catho CBC propose que ses six cents clubs envoient de l’argent pour construire un croiseur interstellaire. Alors que les enfants et les Ethernopiens sont dans le vaisseau spatial qui doit les mener sur la planète Marklor, le croiseur de sœur Hollis Missionnaire 600 ouvre le feu sur eux avec leurs lasers afin qu’ils fassent demi-tour. Toutefois, l’alliage du vaisseau des enfants est trop solide pour leurs lasers. CBC lance alors un nouvel appel à l’aide concernant un laser à cristal d’Argon, laser qui perce des blindages qu’un laser classique n’égratigne même pas. Les téléspectateurs doivent donc envoyer des sous ! Plus tard, alors que sœur Hollis a les infidèles en joue, elle se fait tirer dessus par des torpilles à photons ! CBC informe ses ouailles cathodiques que leurs boucliers déflecteurs sont inefficaces contre les torpilles à photons. Dans les six cents clubs, on attend leur argent pour répandre la parole de Jésus et installer des boucliers plus puissants sur leur vaisseau. Que les fidèles envoient des sous, et ils recevront un pin’s gratuit ! Malheureusement, ces efforts ne suffisent pas face à la guerre technologique qui se livre dans l’espace. Sally Struthers, vedette de l’humanitaire africain, a un Tiberian Junker, le vaisseau préféré des Hutts, et elle a pris le vaisseau catho dans un ... rayon tracteur positronique. Il faut donc un disrupteur ionique de traction, pas un disrupteur ionique classique, mais un disrupteur ionique négatif pour répandre la parole de Jésus.

 

Antithèse en faveur de la solidarité par la simple charité

 

Alors que la religion s’éloigne de sa mission de solidarité, heureusement d’autres ne la perdent pas de vue !

Heurtées par le côté prosélyte de la religion où le malheur des uns fait son bonheur, des organisations non gouvernementales et d’autres structures ont décidé de prendre les choses en main et de vraiment s’attaquer au problème de la pauvreté. Pendant que la religion catho se débat avec ses concurrents religieux voire des mouvements plus ou moins sectaires, des organismes vraiment caritatifs n’oublient pas leurs fondements et font tout ce qu’ils peuvent pour aider autrui !

Alors que les enfants sont sur le point d’exploser le vaisseau des cathos, une défaillance des boucliers survient car ils sont pris dans le rayon tracteur du vaisseau de Sally Struthers. Cartman, qui l’avait déjà rencontrée dans un autre épisode, lui lance une belle supplique ! Il lui rappelle que sa fondation sert une noble cause : aider de pauvres affamés qui vivent dans un pays pourri. Elle a aidé tellement de gens, et c’est ça qui compte : aider les Autres ! Ce que les enfants veulent, pour les mêmes raisons, c’est aider leur pote Pascal. Cartman la fait craquer en la séduisant : tout ce qu’ils veulent, c’est être comme elle ! Elle relâche alors leur vaisseau et capture dans son rayon celui des cathos. Parce qu’elle a tout gobé de ce qu’a pu lui dire Cartman, elle a sauvé Pascal et son peuple !

 

De tout temps des peuples ont émigré pour voir si l’herbe était plus verte dans le pré du voisin et bon nombre de pays se sont développés ainsi !

Un certain nombre de grands pays ont été littéralement colonisés par des peuples vivant une grande précarité sur leurs terres. Malheureusement, ne pouvant accueillir toute la misère du monde, beaucoup d’entre eux ont mis en place des barrières très sélectives afin de trier ceux qui peuvent s’installer sur place de ceux qui doivent retourner dans leur pauvreté. Heureusement, il reste encore quelques pays où l’on considère qu’il y a de la place et de la nourriture pour ceux qui en ont besoin et qui n’oublient pas comment les émigrations les ont aidés à devenir des nations grandes et fortes !

À proximité de l’opéra de Sydney, se pose un OVNI d’où débarque un effrayant extraterrestre, qui n’est en réalité que Pascal la dalle. Le maire, pressé par ses administrés, souhaite à ce grand et noble extraterrestre la bienvenue sur sa belle planète Australie, salué par un vif « Hip hip hip Hourra ! ». Pascal sort alors une feuille de papier et dessine. Le maire comprend que son espèce veut émigrer en Australie et il lui confirme qu’ils seront les bienvenus !

 

Dans notre monde où tout est question d’argent, il reste heureusement des gens qui sont capables d’aider sans attendre de contrepartie !

Alors que nos sociétés occidentales dites modernes sont hyperindividualistes, la notion d’hospitalité signifie encore quelque chose pour certains humains ! Pour eux, tout le monde se doit d’aider qui que ce soit, d’où qu’il vienne, qui est dans le besoin. Cette forte solidarité, étonnamment pour nous, se veut purement gratuite et n’attend absolument rien en retour : il s’agit simplement d’humanisme et d’acte de philanthropie. Peu de religieux le pratiquent encore, mais certains vrais croyants et d’autres considèrent que c’est leur devoir d’aider s’ils le peuvent !

Après que les enfants aient retrouvé leur vieux pote Pascal la dalle, celui-ci les convie dans son vaisseau spatial. À la recherche d’un endroit pour accueillir son peuple, Cartman appuie sur un bouton et ils rentrent dans un trou de verre qui les emmène sur une autre planète magnifique, plantée d’arbres. Un extraterrestre se présente à eux, leur souhaitant la bienvenue sur Marklor. Pascal scrute ce monde et le trouve à son goût. Marklor, leader des Marklor, remercie les enfants d’avoir ramené son Marklor (vaisseau). Pour information et répondre à Kyle, il est nécessaire de préciser que sur la planète Marklor, les êtres, les lieux et les choses s’appellent Marklor. Kyle explique que Pascal la dalle et son peuple habitent un endroit vraiment craignos sur Terre, qu’ils n’ont rien à bouffer là-bas parce que rien n’y pousse. Pour Stan, ce serait cool qu’ils puissent venir vivre sur cette planète. Il n’y a pas de problème pour Marklor, il y a assez de place pour tous sur Marklor. Si ce Marklor veut vivre avec son Marklor sur Marklor, ils sont d’accord. Il suffit qu’ils reprennent le Marklor qu’ils viennent de rapporter, qu’ils retournent sur Marklor et que Pascal ramène son Marklor. Alors qu’ils ramenaient les Ethernopiens, ces cons de cathos, de CIA et de Sally Struthers ont suivi. Ça piaille dans tous les sens, mais Kyle peut tout expliquer à propos des cathos qui sont en mission de prospection et des Ethernopiens qui les fuient sur Marklor pour vivre mieux et sans religieux ! Ces Marklors veulent changer leurs Marklors. Si les Marklors émigrent, ça craint pour leurs Marklors car ils forcent les Marklors à croire en leur Marklor. S’ils restent sur Marklor, ils construiront plein de Marklors, remplaceront les Marklors des extraterrestres par leurs Marklors. Kyle demande de laisser les Marklors vivre là et prospérer sans Marklor, Marklor ou Marklor ! Marklor juge que le Marklor de ce jeune Marklor est sage et juste, et il autorise que les Marklors restent !

 

Synthèse

 

Dans leur quête d’expansion, les missionnaires pullulent aux quatre coins de la Terre pour répandre la "bonne parole".

Telle une pieuvre, les missionnaires cathos étendent leurs tentacules sur tous les continents. Afin d’accentuer et de protéger leurs implantations ou pour griller sur le fil des concurrents, ils multiplient leur présence, testant au passage les difficultés de conversion des peuples qu’ils rencontrent. La multinationale Christ Company développe son réseau local, et bientôt toute la planète sera couverte par ses franchises !

Alors que Pascal la dalle cherche un endroit sans missionnaire, Kyle lui dit de ne pas aller au Mexique où il y en a plein, Cartman déconseille l’Utah où il n’y a que ça, mais Stan se rend compte qu’il a essayé partout dans le monde. Heureusement, ils ont découvert une autre planète, super belle où les Ethernopiens peuvent aller vivre là-bas ! Toutefois, dès que sœur Hollis apprend cela, elle s’empresse de savoir si ces extraterrestres connaissent la parole du Christ ! Même si Cartman lui dit qu’ils n’ont pas besoin de ça car ils sont parfaits, la missionnaire se désole de ces pauvres âmes et veut absolument les évangéliser. Pour Kyle il faut vite partir pour Marklor avant les missionnaires. Mais la nouvelle circule vite : la chaîne catho CBC informe qu’une planète, située dans la galaxie Alpha Séti 6, abriterait une forme de vie intelligente et que s’ils ignorent tout de ces êtres hyper intelligents, il est sûr qu’ils ne connaissent pas Jésus Christ. Étant donné que la parole de dieu est présente partout dans le monde, que CBC veut offrir la Bible à tous les déshérités, ils ont besoin de sous pour un vaisseau qui pourrait emprunter le trou de verre et délivrer le message à la gloire du Christ à ces créatures sans dieu.

 

À force de leurrer des populations qui sont dans le besoin avec des promesses de salut dans une autre vie plutôt qu’une véritable aide ici-bas, les missionnaires sont de plus en plus mal perçus !

Quand on vit dans la misère et qu’on voit des Blancs (même habillés en noir) débarquer avec de gros moyens, on pense qu’ils vont pouvoir nous aider à ne plus mourir de faim. Malheureusement, quand on s’aperçoit que leurs fonds servent essentiellement à construire des églises et à apporter des biens matériels qui ne se mangent pas, l’estomac crie d’autant plus famine et les esprits s’échauffent !

L’exemple est frappant quand Pascal la dalle atterrit en Australie où son peuple est le bienvenu. D’ailleurs le maire s’empresse de préciser qu’ils ont une mission qui pourra tous les accueillir. Dès qu’il entend ça, Pascal repart tout de suite, à croire que ce petit con n’aime pas les missionnaires ! Idem, alors que les enfants cherchent Pascal aux infos, ils tombent sur CBC qui affirme que dieu dit d’envoyer de l’argent afin que la chaîne aide les pauvres. Mais Cartman ne voit vraiment pas pourquoi envoyer des thunes à ce connard ! Enfin, alors que les Ethernopiens peuvent rester sur Marklor, les missionnaires sont sommés de partir. Sœur Hollis a beau rappeler que les Marklors brûleront en enfer s’ils refusent le seigneur, le leader Marklor n’y croit pas une seconde et les remercie d’être passés !

 

Que ce soit les religieux ou d’autres mouvements, les malheurs des Africains profitent à beaucoup de monde, eux les derniers !

Il est bien évidemment important que le monde entier connaisse et agisse en faveur de la lutte contre la pauvreté en Afrique. Cela se fait par le biais d’organisations plus ou moins spécialisées et d’envergure, via des opérations marketing de sensibilisation et éventuellement par de gigantesques concerts. Pour autant, depuis le temps, un véritable business de la misère s’est organisé : il s’agit alors de récolter un max chez les riches pour donner un peu chez les pauvres, le reste partant en frais de gestion et de communication !

On le voit avec la Fondation Nourrir les Enfants de Sally Struthers. Déjà, comme critiqué dans un autre épisode, son surpoids ne la rend pas des plus crédibles face aux Africains qui se régaleraient bien de sa graisse. Pour autant, c’est cruel de se moquer de son poids, puisqu’elle aide les gens après tout, collectant des millions pour aider les enfants sous-alimentés d’Éthiopie. Mais si les Ethernopiens émigrent sur une autre planète, qui fera des dons à sa fondation ? Et plus d’Ethernopiens, plus de nourriture ... dont elle s’empiffre au passage !

 

 

Conclusion :

 

 

Voyez, on se couchera moins bête car on a appris un truc aujourd’hui : la religion, sous couvert de générosité, mène une conquête de parts de marché en se servant de la pauvreté des autres !

 

On sait bien que rien n’est gratuit en ce bas-monde, mais on aurait pu s’attendre à mieux de la part des religieux. Alors que tant d’autres organisations se donnent corps et âmes pour aider par simple charité ceux qui sont dans le besoin, les missionnaires se servent de la nourriture pour appâter de nouveaux fidèles et les convertir autant à leurs valeurs religieuses qu’aux mœurs occidentales.

 

Depuis que certains ont ressenti que le catholicisme est en perte de vitesse, un grand nombre de mouvements religieux se sont mis à prospecter en Afrique. Pour contrer cela, les missionnaires cathos ont accentué leur stratégie « Prières contre nourriture » pour préserver leur influence et recommencer à se développer. C’est oublier qu’il est immoral, d’autant plus pour une religion, de rentrer dans un système de charity business, où la solidarité n’est plus motivée par l’entraide bénévole mais par le gain, de dons en amont et de fidèles en aval !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article