Les valides stigmatisent-ils, pour rien, le handicap ???

Publié le par Collectif des 12 South-Parkois

Catégorie : I] Nous sommes tous Égaux, alors acceptons et Respectons
                         nos Différences !

Thème : 2) Nous devons l’ "indifférence" aux handicapés plutôt que la culture
                     de leur Différence !

 

 

Fiche de visionnage n°2 : Épisode 18 (saison 2, épisode 5) – Fœtus siamo-maxillaire ; épisode 52 (saison 4, épisode 4) Timmy

 

 

 

Analyse philosophique des extrêmes : Les valides stigmatisent-ils, pour rien, le handicap ???

 

  • Les pros : Mlle Gollum, les enfants, Timmy.
  • Les antis : La mère de Kyle, le personnel de l’école, la mairesse, Phil Collins.

 

  • Thèse : Laissons les handicapés vivre leur vie tranquillement ;
  • Antithèse : Le handicap est un poids social dont il faut protéger les invalides ;
  • Synthèse : Chacun a le droit de vivre comme il l’entend, avec le respect qui lui est dû !

 

 

Il était une fois à South Park Kyle qui se fit péter le nez par Pip en jouant au ballon prisonnier. Du coup, Chef l’envoya à l’infirmerie.

 

 

Introduction :

 

 

Le handicap, d’autant plus de naissance que par accident, a toujours été considéré comme une fatalité abominable ou une punition !

Après avoir durant des siècles rejeté toute difformité ou retard mental, notre culture a pris conscience de ce problème avec la barbarie nazie qui voulait tous les éliminer. Notre humanisme renaissant nous a alors posé la délicate question du comportement des valides à l’égard de ces "curiosités de la nature", justement pour que nous apprenions à les traiter dignement !

 

Certains estiment que leur handicap n’a aucune importance et qu’ils ont le droit, comme tout humain, de mener la vie qu’ils souhaitent, sans aucune distinction, positive ou négative. Pour d’autres, du fait même de leur handicap, il faut au contraire les protéger contre des valides qui ne sont pas toujours à la hauteur morale, ou du moins leur simplifier la tâche afin de ne pas leur faire ressentir leurs spécificités.

En somme, les valides stigmatisent-ils, pour rien, le handicap ???

 

 

Thèse en faveur du traitement neutre

 

Le jugement de valeur, comme son nom l’indique, ne doit se faire que sur la valeur de la personne et de la prestation qui sont jaugées !

Même si c’est loin d’être toujours évident, il est important d’avoir un regard neutre sur l’émetteur créateur pour ne prendre en considération que le talent exprimé, quel que soit le domaine. En effet, du moment que quelque chose est jugé bon, peu importe qui en est l’auteur, quitte même à en reconnaître des qualités décuplées de par des circonstances aggravant les difficultés.

Un groupe de rock répète dans un garage mais n’est pas satisfait, depuis huit ans, du résultat des répèts ! Timmy passe par là et le groupe flash sur sa voix (même s’il ne sort que quelques mots et gimmicks bizarres). À l’arrêt de bus, Kyle est outré de ce qu’a dit cette enflure de Phil Collins sur Timmy, estimant que c’était se moquer de lui que de le montrer montant sur scène. Stan ne supporte pas plus ce connard, surtout que Timmy a vingt-cinq fois plus de talent que lui !!! La preuve, lors du concert où le groupe de rock avec Timmy joue pour faire la première partie de Phil Collins, les spectateurs sont en liesse et applaudissent, alors qu’ils se moquaient des autres groupes d’avant, trouvant que le petit handicapé assure ! Cartman aussi se réjouit, c’était chié (et pas à chier comme Phil Collins pouvait le penser) : Stan en reste pantois. « Timmy il est super !!! ». Dans le même registre, finalement après moult péripéties, Kyle trouve aussi au fond que l’infirmière est vachement cool. Stan pense même que c’est peut-être son fœtus mort accroché à son visage qui la rend plus intelligente ! Tout emporté par cet élan, Cartman avoue qu’il aime ses potes, mais cela paraît trop bizarre ; donc pour revenir comme avant, il les emmerde !!!

 

C’est en focalisant sur la Différence qu’on oublie le reste de la personnalité, mais au fond quand on connaît l’autre, on se rend bien compte que la Différence n’a pas d’importance !

Beaucoup de choses n’ont de valeur que pour ceux qui leur en accordent, et il en va bien évidemment ainsi des spécificités ! Mais si on en fait abstraction, on se rend compte très vite que le handicap n’intervient nullement dans la personnalité de l’individu, ni dans ses compétences professionnelles. En réalité, seule sa Différence permet vraiment de distinguer la personne d’une autre, sinon elle est aussi banale qu’autrui !

La mère et le père de Kyle sont dans la cuisine, lui lisant tranquillement son journal. Quand la mère de Kyle aborde avec son mari le sort de cette pauvre jeune femme difforme, lui ne réagit qu’à moitié, non qu’il s’en fiche éperdument mais plutôt que c’est assez banal ! Il n’y a que sa femme pour en faire tout un pataquès, estimant qu’elle doit se sentir rejetée de se faire ridiculiser tous les jours ! Et c’est bien pour ça qu’elle va voir la principale Victoria, en compagnie de M. Mackey. La principale, quelque peu habituée, lui demande de quoi elle vient se plaindre aujourd’hui. Mais ce n’est pas pour ça qu’elle est venue, elle a juste l’intention de lancer un mouvement ! Oui, comme d’habitude, selon la principale, blasée mais pas surprise ! La mère de Kyle veut les informer du problème de leur infirmière ! M. Mackey prend tout de suite sa défense, indiquant que Mlle Gollum est tout à fait qualifiée pour remplir …mais la mère de Kyle l’interrompt, elle n’a absolument rien contre elle ! Cette pauvre femme est obligée de vivre dans l’ombre parce qu’elle a peur d’être rejetée, et pour la mère de Kyle c’est à tout le monde de lui faire comprendre que sa Différence n’a aucune importance à nos yeux ! Mais c’est déjà le cas puisque la principale Victoria hallucine depuis le début de la conversation à l’idée que son infirmière ait un fœtus accroché sur sa tête, elle qui n’a rien remarqué !

 

Le problème du handicap n’est pas la Différence en tant que telle puisque ces personnes s’y sont habituées, mais c’est le regard des autres qui les place à part de la communauté humaine !

Fondamentalement, les handicapés n’aspirent qu’à une chose : être perçus comme tout un chacun ! Bien sûr ils ont une différence qu’ils ne peuvent – voire ne veulent – pas toujours cacher, mais nous devons justement apprendre à ne plus la prendre en considération, tout comme elle est naturelle pour eux qui vivent avec depuis un certain temps. Avec leurs spécificités, les handicapés ne sont ni mieux ni moins bien, ni plus faibles ni plus forts, ils sont justes Différents mais nous sommes priés de ne pas nous y attarder !

La mère de Kyle organise un dîner en l’honneur de l’infirmière, en présence de la principale Victoria et du conseiller M. Mackey. La principale est curieuse de savoir si l’infirmière n’a jamais pensé à … comment dire … se faire enlever son fœtus mort ? Mlle Gollum y a songé évidemment, mais cela signifierait malheureusement sa mort ! La principale suppose, bien, que c’est alors exclu mais lui propose alors de porter un chapeau. La mère de Kyle surenchérit en lui proposant d’en trouver plusieurs, comme cela elle en porterait un différent chaque jour ! Mlle Gollum apprécie vraiment ce qu’ils essayent de faire pour elle, mais ce n’est pas nécessaire, elle est heureuse comme elle est !!! Bien sûr cela ne se passe pas aussi simplement à South Park. Sur une scène, au milieu des champs, la mairesse annonce une semaine extraordinaire à ses chers con-citoyens ! Madame Hermann a ouvert une aile est dans la bibliothèque, et les Vaches de South Park (l’équipe de ballon prisonnier de l’école primaire) sont sélectionnées pour la grande finale nationale (où elle n’a d’ailleurs aucune chance de battre l’équipe de Washington, tenante du titre, ce qui n’empêche pas la foule d’être en transe). Mais, le plus important cette semaine, est qu’elle a pu prendre conscience qu’il existait une terrible et incurable maladie : le syndrome du fœtus siamo-maxillaire ! Et pour rendre hommage à celles et ceux qui souffrent, elle déclare que cette semaine sera dorénavant la semaine du syndrome du fœtus siamo-maxillaire !!! Le coup d’envoi de cette semaine de festivités est donné avec le premier grand défilé annuel des fœtus siamo-maxillairiens ! Évidemment, seule Mlle Gollum défile, au milieu d’une foule en liesse hyper agitée faisant un triomphe à son handicapée. Quel beau défilé, formidable ! Sauf que Mlle Gollum fait remarquer à la mairesse qu’elle aurait dû accompagner les enfants à Washington, au cas où il y aurait des blessés, puisque après tout c’est son travail ! Mais pour la mairesse c’est ridicule : c’est sa semaine, elle restera sur place un point c’est tout !!! Et ce n’est que le début des festivités ! À la mairie, M. Garrison a préparé un film montrant la vie quotidienne de Mlle Gollum – même dans les moments ou endroits les plus intimes, pervers qu’il est "oblige" – afin de prendre conscience de son courage de tous les jours. Puis arrive le moment que tous attendent : la remise du fœtus siamo-maxillaire d’honneur, qui récompense les siamo-maxillairiens qui ont réussi à trouver leur place dans la société ! Et le vainqueur est … (suspens absolu, même si Mlle Gollum – blasée par tant de focalisation sur sa personne – sait déjà qu’elle a gagné, vu qu’elle est la seule en lice), effectivement, évidemment, Mlle Gollum, que la mairesse annonce de manière enjouée par cette prise de conscience du handicap de cette jeune femme, au demeurant sympathique et plutôt mignonne. À nouveau sur scène, lors du quatrième jour de la semaine du fœtus siamo-maxillaire, la mairesse lance une grande opération : pour encourager les Vaches (pour la finale mondiale de ballon prisonnier, contre la Chine) et pour aider leur chère Mlle Gollum à ne plus se sentir exclue, tout le monde met le casque officiel du soutien au fœtus siamo-maxillairien, un dispositif recréant le syndrome de Mlle Gollum, avec un siamois accroché sur le côté de la tête ! L’intéressée hallucine ! Elle ne sait pas trop quoi dire vu que la semaine a été plutôt chargée ! La mère de Kyle en pleure dans son mouchoir. Ça risque de sembler curieux venant d’une femme qui a un fœtus qui lui sort de la tête mais … elle juge tous les présents comme des monstres !!! La mairesse tente de rattraper le truc : monstres peut-être, mais au grand cœur ! Mlle Gollum reprend le micro que la mairesse tentait de lui chourer pour expliquer que la dernière chose qu’elle souhaite c’est qu’on la singularise !!! Elle veut juste faire son travail et vivre sa vie comme n’importe quelle personne normale !!! Mais au lieu de ça, tout le monde s’est mis à pointer du doigt son handicap pendant toute une semaine ! Elle ne veut surtout pas de traitement de faveur, ne veut pas être considérée comme une malade ou comme une petite chose fragile : elle veut qu’on la ridiculise, qu’on l’engueule, qu’on se moque d’elle comme on le fait tous les jours entre nous !!! Et … et qu’ils enlèvent ces casques ridicules !

 

Le handicap nous met mal à l’aise car il nous renvoie les erreurs de la nature ou les accidents de la vie auxquels nous avons échappé par chance !

Même s’il s’agit d’une attitude naturelle, il n’est pas moralement acceptable de stigmatiser une personne du fait de sa Différence, que ce soit en l’exhibant ou au contraire en la cachant ! Il n’est certes pas toujours évident de rester neutre dans de pareils cas, mais il est du devoir des valides d’épauler ceux qui en ont besoin, de la même manière qu’on le ferait pour un valide. Ainsi, plutôt que de cacher ce handicap que l’on ne saurait voir, il est important de laisser chacun faire ce qu’il a envie de faire, car nous ne nous protégeons que nous-mêmes et nous causons beaucoup de tort à la personne handicapée en la cloîtrant !

Phil Collins se fait siffler lors de son concert et il ordonne au public de fermer ses putains de gueules afin qu’il puisse chanter. Mais Stan, comme beaucoup d’autres, veut que le chanteur foute le camp de la scène, vu qu’ils n’attendent que Timmy ! Mais pour Phil Collins, tout ce que les spectateurs veulent c’est se moquer de lui ! Stan prend alors la défense de Timmy en tant que chanteur : bien sûr on rit en voyant Timmy, mais où est le mal après tout ! Ce n’est pas parce qu’on rit de quelqu’un qu’on en a rien à foutre de lui (il faut cultiver la Différence et non l’indifférence). Timmy fait marrer tout le monde et lui s’éclate en chantant, alors qu’est-ce qui craint là-dedans ? Ceux qui ont tort sont ceux qui croient que les gens comme Timmy doivent être protégés, bien à l’abri du regard des autres ! Mais pour Stan, c’est cool que Timmy soit dans un groupe car ça nous force à le regarder et aussi à l’accepter : que ça nous fasse rire, pleurer ou rien ressentir, c’est pour ça que Timmy est super !!! Le groupe de Timmy est demandé avec enthousiasme par le public, pendant que Phil Collins se fait porter par la masse en délire ; lui ayant planté un missile dans le cul, il hurle « reposez-moi tout de suite public de merde ! ». Alors que le chanteur ex-soliste est revenu, bien conscient que la gloire et Phil Collins lui ont tourné la tête, Timmy annonce le nom du groupe : « Timmy and the Lords of the Underworld ». Finalement, tout le monde est content !

 

Antithèse en faveur du traitement distinctif

 

Que l’on ne veuille pas stigmatiser les handicapés est une (bonne) chose, mais il n’en reste pas moins qu’on ne peut pas non plus complètement les traiter comme les autres !

Il est de bonne grâce de vouloir considérer les handicapés comme tout un chacun, mais du fait même de leur handicap, certaines opérations, organisations ou demandes doivent être adaptés à leurs possibilités. Un handicapé, moteur ou mental, ne peut pas forcément effectuer certaines tâches, et il n’y a rien de dévalorisant à cela, c’est juste que chacun doit faire selon ses capacités. Sinon, à trop vouloir les forcer à faire comme tout le monde, on ne fera que mettre en avant justement ce qu’on voulait minimiser, leur handicap qui fait qu’ils ne peuvent faire certaines opérations !

En classe, M. Garrison interroge son nouvel élève, Timmy, sur le nom du célèbre président qui écrivit la Déclaration d’Indépendance. Ce dernier répond ce qu’il peut, à savoir « Timmy ! ». Évidemment,
M. Garrison rétorque que ce n’est pas lui, Timmy, qui l’a écrite et lui demande d’essayer encore ! De par son faible vocabulaire, il ressort la même réponse ! M. Garrison commence à avoir un doute sur le fait que Timmy ait fait ses devoirs. Stan lui fait remarquer que Timmy est attardé, mais M. Garrison n’apprécie pas que Stan insulte ses camarades, même si Stan en remet une couche sur la véracité de son observation (qui saute pourtant à l’œil). M. Garrison enjoint alors à Timmy d’améliorer ses résultats mais il ne reçoit en réponse qu’un « Ahah !!! ». Le prof croit que Timmy se moque de lui et lui indique que ça ne lui pose aucun problème de l’envoyer chez la principale ! Comme Timmy recommence, le prof en a marre et met sa menace à exécution ! La principale Victoria elle-même ne sait vraiment plus quoi faire de lui : il a de très mauvais résultats scolaires et son professeur se plaint de son manque d’attention en classe ! Elle en a assez et colle à Timmy un avertissement pour lui apprendre à respecter les adultes !

 

C’est déjà malheureusement monnaie courante chez les enfants, mais même dans la société en général les handicapés sont la cible de moqueries !

Les valides ne s’en rendent pas compte, mais certains de leurs comportements sont blessants pour les handicapés qui n’aspirent qu’à vivre tranquillement. Pour éviter qu’ils ne soient heurtés par des remarques ou des attitudes déplacées, il est donc nécessaire de les protéger des invalides du cœur, ces gens si ordinaires qui peuvent faire beaucoup de dégâts à l’Ego de ceux qui peinent déjà à se construire. À force de leur faire remarquer qu’ils sont différents, ils le comprennent, mais pas dans le bon sens du terme !

Alors que le groupe de rock avec Timmy auditionne pour faire la première partie d’un concert de Phil Collins, un spectateur trouve que le petit handicapé assure ! Un autre lui répond du tac-o-tac qu’il est lourdingue de rire du sort de ce gamin, tandis que d’autres trouvent aussi que l’on ridiculise ce chanteur et préfèrent rentrer chez eux ! Un présentateur télé parle du phénomène du groupe de rock controversé Timmy. Phil Collins intervient, statuette d’un Oscar en main, estimant que c’est horrible ce qu’on fait à ce gamin : le public ne va pas voir Timmy parce que c’est un bon musicien, mais pour rire de lui !!! Phil Collins pense qu’il ne faut pas rire d’une personne atteinte d’une infirmité (un gars en smoking arrive derrière lui et se moque de lui avec un rire idiot), et que la société doit apprendre à être plus compatissante ! Pour lui, il faut dissoudre ce groupe, sinon c’est lui qui s’en chargera !!! Plus tard, les enfants regardent sur une chaîne gonflante où on annonce que le groupe de Timmy s’est séparé et que c’est le chanteur solo qui fera la première partie avec Phil Collins. Kyle trouve finalement que c’est mieux ainsi, c’était mal que Timmy soit chanteur. Pour Stan aussi Phil Collins avait raison : les gens se moquaient de Timmy, il sera mieux chez lui où il sera protégé des moqueurs !

 

Le handicap tape dans l’œil et les regards sont rarement neutres. Face à la Différence, il existe toujours une certaine forme de curiosité malsaine !

Ce qui diffère de la norme exerce toujours une certaine attraction, ne serait-ce que pour renforcer chez les gens ordinaires leur sentiment d’appartenir à la "normalité". Cela peut, et doit, s’atténuer normalement avec l’âge, mais il est vrai que les enfants sont les spécialistes en la matière. À l’heure où l’on se définit par rapport aux autres, la Différence est curieuse et offre une source inépuisable de conversation pour savoir ce qu’en pense autrui, et aide ainsi à savoir ce que l’on doit aussi en penser !

Le soir même de sa confrontation avec Mlle Gollum, Kyle raconte à ses potes que lorsque l’infirmière difforme bouge la tête, son fœtus frère siamois gigote ! Cartman est tout excité et veut savoir si ce petit fœtus parle, mais Kyle le calme : il ne parle pas, on dirait qu’il est mort (et pour cause, il l’est !). Stan demande même comment il est habillé, mais Kyle le recadre : où peut-on trouver des fringues pour fœtus ?

 

Le manque d’information est la première cause de dramatisation : quand on ne sait pas, on s’effraye tout seul !

Face à la Différence, et encore plus au handicap, la mésinformation peut vite mener aux pires élucubrations ! Sans revenir aux côtés diaboliques qui hantaient la perception des gens d’un autre âge, le handicap peut toujours autant prêter à confusion et à dramatisation auprès de personnes non ou mal informées à ces sujets. Ainsi, certaines pathologies gravement invalidantes peuvent être perçues comme contagieuses alors qu’elles sont uniquement génétiques. Les enfants sont bien évidemment les premières cibles de ces mystifications, d’autant plus que leur imagination a tendance à combler leurs lacunes !

Alors que Kyle doit aller voir l’infirmière après s’être pris un ballon dans le nez et saigne, on le voit très bien avec Clyde pour qui l’infirmière de l’école est hideuse et difforme ! Barbara en rajoute une couche en précisant qu’il paraît qu’elle a des tentacules et qu’elle mange des enfants ! Cartman, horrifié, se renseigne alors auprès de Stan pour savoir si quelqu’un est déjà allé chez l’infirmière et après en est revenu pour le dire, mais la réponse est négative, jamais personne n’en est ressorti vivant pour témoigner ! La mère de Kyle a été vraiment très bouleversée quand elle a appris que les enfants à l’école se moquaient de l’infirmière ! Cependant, pour Mlle Gollum, ils sont juste tellement jeunes : se moquer est une façon pour eux d’accepter ce qu’ils ne peuvent comprendre !!! Quelques jours plus tard, alors que la première grande semaine du fœtus siamo-maxillaire arrive à sa conclusion, la mairesse remercie personnellement chacun pour son enthousiaste collaboration et demande d’applaudir aussi celle qui fut toute la semaine à l’honneur : l’incroyable, la courageuse Mlle Gollum ! Kyle crie et fait un pas en arrière, Stan bloque devant l’infirmière monstre, et Cartman jure ! La mère de Kyle est scandalisée : tout le monde a travaillé toute la semaine pour lutter contre ce type d’attitude !!! Sauf que les enfants n’étaient pas là !

 

Synthèse

 

Le handicap est une chose, mais c’est seulement quand on le remarque qu’on perçoit l’autre différemment !

Notre attitude vis-à-vis des autres dépend souvent de peu de choses, il suffit pour s’en rendre compte de voir une personne infirme dont la différence n’est pas flagrante : on parle avec elle et on la considère comme si de rien n’était, mais dès que son handicap fait surface, les rapports changent du tout au tout ! Qu’on le veuille ou non, les interactions sont différentes et la personne handicapée perçoit tout de suite qu’on cherche à la ménager, quitte à faire plutôt les choses de travers même en voulant bien faire !

À l’infirmerie, après que Kyle se soit fait péter le nez au ballon prisonnier, Mlle Gollum pose les questions d’usage, auxquelles Kyle répond en tremblotant, mort de trouille qu’il est ! D’une voix rassurante et maternante, l’infirmière lui demande s’il s’est fait mal au nez. Elle demande alors à Kyle de ne pas fermer les yeux, elle ne va pas lui faire de mal ! Kyle s’exécute et voit une charmante infirmière de profil (avec un peu de chance, peut-être est-elle nue sous sa blouse blanche). Toujours est-il que le voilà rassuré et il lui explique son problème, comme quoi il s’est cogné le nez à la balle au prisonnier. Alors que l’infirmière s’apprête à lui donner une poche de glace, elle se met de face et Kyle hurle en voyant sa difformité monstrueuse. Se demandant bien ce qu’il a, Kyle pointe du doigt la protubérance faciale latérale de Mlle Gollum ! Elle comprend mieux : il a remarqué son infirmité, le fœtus de son frère siamois accroché au visage ! La principale Victoria également n’était pas au courant, demandant ce qu’elle a au juste.
M. Mackey lui révèle alors que Mlle Gollum a un fœtus siamo-maxillaire, c’est-à-dire qu’elle a un fœtus mort accroché sur la tête ! La principale Victoria en reste pantois, demandant même une confirmation, mais cela surprend surtout M. Mackey que la principale n’ait jamais rien remarqué. Étonnant non ?!?!?!

 

C’est bien connu : plus on veut éviter de dire une chose, plus elle sortira d’elle-même, au mauvais moment !

Tant qu’on ne saura pas parler aux handicapés comme à n’importe qui, il restera toujours une partie de nous-mêmes sur la défensive ! Cette retenue peut avoir du bon, tant le langage courant est propice à des bourdes involontaires, mais quelqu’un qui ne s’exprime pas naturellement cela se ressent très vite ! Non seulement l’autre percevra rapidement le malaise, mais en outre les lapsus plus ou moins involontaires s’exprimeront d’eux-mêmes à force d’être trop tendu à l’idée justement de commettre un écart de langage !

Lors du dîner chez la famille Broflovski, un lourd silence se fait assourdissant. La mère de Kyle brise la glace en demandant à Mlle Gollum où elle a fait ses études. Quand elle répond dans le Colorado, cela jette à nouveau un froid. Heureusement que le père de Kyle est là pour mettre l’ambiance, demandant à sa femme de lui passer le fœtus mort, pardon, il veut dire la sauce ! Évidemment, son écart se voit gratifié d’un grand coup de pied sous la table ! La principale Victoria enchaîne en rappelant que le soir même les Vaches de South Park jouent la finale régionale de ballon prisonnier, même si cela n’a aucune importance pour M. Mackey puisque c’est toujours l’équipe de Denver qui gagne ! Le père de Kyle n’est pas aussi catégorique, croyant pour sa part que les garçons ont quand même un fœtus mort de gagner, ... une chance de gagner !!! Sa femme lui balance un grand coup qui le fait tomber de sa chaise, l’enjoignant à se taire à présent ! Mlle Gollum a beau dire que cela ne fait rien, la mère de Kyle est terriblement navrée !!! Qu’elle ne s’inquiète pas, Mlle Gollum en a vu d’autre, ... mais quand même !

 

Comme toujours, la prévention des écarts et la diffusion de la tolérance passent par l’information de la majorité au sujet du sort des minorités !

Concernant des maladies ou des accidents de la vie qui font qu’un humain est catalogué comme "monstre", seule l’explication sur les origines du handicap peut aider à apaiser les préjugés. Les personnes informées seront alors plus à même de considérer l’invalidité non pas comme un drame mais plutôt comme un tragique hasard de la vie. L’important est alors que les valides prennent conscience de la chance qu’ils ont, et qu’ils se mettent un peu plus à la place des handicapés, non pour les plaindre, mais pour simplement les considérer comme des gens ordinaires avec des différences et des difficultés spécifiques.

Alors que les enfants se conduisent comme des monstres à l’égard de l’infirmité de Mlle Gollum, la mère de Kyle est excédée par ce qu’elle entend ! S’étant documentée, dans un livre sur les monstres, sur le mal dont souffre la pauvre infirmière, elle sermonne les enfants sur le fait qu’il n’y a vraiment pas de quoi rire, Mlle Gollum ayant un syndrome du fœtus siamo-maxillaire ! Cartman s’en fout du syndrome, du moment qu’elle ne le touche pas, mais c’est bien le genre d’idées reçues contre lesquelles il faut lutter ! La mère de Kyle explique alors le phénomène des siamois, lorsque des jumeaux naissent collés l’un à l’autre ! Malheureusement, il arrive aussi, alors que les siamois sont déjà soudés l’un à l’autre, que l’un des deux enfants meure avant de venir au monde. Le survivant naît alors avec le corps du bébé mort accroché à lui ! Parfois, le fœtus mort est à l’intérieur du corps de l’autre siamois ! Ce qui veut dire que les enfants aussi pourraient avoir un jumeau mort en eux sans même le savoir !!! Stan et Cartman partent comme des fusées en criant que c’est vraiment dégueulasse, seul Kenny reste avec Kyle et sa mère, et se rapproche même pour voir de plus près ce qu’il en est sur les illustrations du livre des monstres. Maintenant que Kyle en sait davantage sur l’infirmité de l’infirmière, sa mère espère qu’il ne se moquera plus d’elle ! En fait, lui n’est pas rassuré pour un sou, alors que ça fait bien rire Kenny. En fin de compte, la mère de Kyle veut que le public connaisse le mal de Mlle Gollum : son handicap doit être mis en lumière afin que cette femme soit mieux comprise et que les gens se moquent moins d’elle ! Pour cela, la mère de Kyle propose de consacrer toute une semaine à informer le public sur ce que peuvent vivre les gens comme elle !!! Cela emballe plutôt la principale Victoria, qui trouve que « Semaine d’information sur le fœtus siamo-maxillaire » sonne très bien, tout autant que M. Mackey qui propose que l’école publie une brochure et organise aussi des séminaires éducatifs ! La mère de Kyle part au quart de tour sur son idée de génie et téléphone à madame le maire immédiatement !

 

S’il est bien une chose insupportable, c’est que certains se sentent autorisés à parler au nom des autres !

Avant de s’emporter sur un sujet, il est crucial de déjà recueillir l’avis des intéressés ! Ils sont les mieux placés pour s’exprimer sur une problématique qui les concerne au premier chef. Ensuite, même si nous ne sommes pas d’accord avec leur point de vue, c’est le leur et nous n’avons pas à tenter de l’influencer ou carrément à passer outre ! Les handicapés ont un cerveau comme tout le monde, et le moindre des respects est d’écouter ce qu’ils ont à dire et de ne pas penser à leur  place !

Au concert où Timmy et son groupe joue, les enfants jubilent ! Une femme leur fait la morale, estimant qu’ils devraient avoir honte de rire, étant donné qu’il s’agit d’un petit handicapé ! Pour Stan il n’y a rien, il est marrant, c’est tout ! La femme s’emporte : est-ce que ça leur plairait d’être handicapés, trouveraient-ils ça encore marrant ??? Pour elle, que les enfants rient ça ne peut que faire de la peine à Timmy ! Sauf que Kyle le trouve plutôt heureux, mais la femme est écœurée, leur lançant un « vous me dégoûtez tous autant que vous êtes !!! ». Phil Collins, clairement contre le fait de montrer des handicapés, déclare sur MTV que la question qu’il faut se poser c’est « Que font les parents dans cette histoire ? ». Pour lui, les parents de ce gosse le laissent se faire exploiter, c’est une honte qu’ils ne réagissent pas ! Il se rend alors chez eux pour leur demander pourquoi ils laissent faire ça à leur fils, estimant pour sa part que tout ce que font les gens c’est se moquer de lui ! Mais les parents sont aussi atteints que Timmy !

 

 

Conclusion :

 

 

Voyez, on se couchera moins bête car on a appris un truc  aujourd’hui : plutôt que de savoir s’il faut montrer ou cacher les handicapés, faisons déjà en sorte de les accepter en tant que tels !

 

Le handicap, de par sa "rareté", attire naturellement l’œil, mais c’est ensuite la culture et la morale ambiantes qui font notre comportement par rapport à cet inordinaire ! On peut certes estimer qu’il faut protéger les handicapés par rapport à certaines de leurs difficultés inhérentes à leurs différences, ou simplement eu égard aux regards malsains que certains peuvent avoir à leur endroit. Mais il faut bien voir aussi que les invalides ne souhaitent qu’une chose : être traités comme tout un chacun !

 

En fait, la solution intermédiaire est d’essayer, chose pas forcément aisée, de considérer les handicapés comme des personnes ordinaires, ce qu’elles sont hormis leur handicap, et de faire en fonction de ce qu’elles attendent de nous ! Plutôt que de leur imposer notre vision des choses, nous devons avant tout les écouter et alors nous adapter à ce qu’elles recherchent dans les rapports humains, auxquels tout le monde aspire et a droit !

Commenter cet article