Critique de la judiciarisation à outrance

Publié le par Collectif des 12 South-Parkois

Catégorie : VI] Du pareil au même : loi / morale,

                         responsabilité individuelle / collective

Thème : 3) Mais que fait la justice ???

 

 

Fiche de visionnage n°35 : Épisode 37 (saison 3, épisode 6)

Le panda du harcèlement sexuel

 

 

 

Commentaire d’épisode : Critique de la judiciarisation à outrance

 

 

Il était une fois à South Park M. Garrison à qui l’on avait demandé, en raison de récents événements dans le pays, de faire quelques cours aux élèves sur le harcèlement sexuel à l’école !

 

 

Introduction :

 

 

Étant donné que nous sommes dans une société hyperindividualiste, on ne prend plus le temps de se parler et de s’expliquer ! Ainsi, quand quelque chose ne va pas, on a d’autant plus tendance à engager une procédure judiciaire qu’à trouver un terrain d’entente !

 

Dans notre culture actuelle, certains ont l’impression qu’ils peuvent aller se servir et prendre ce qu’on ne veut pas leur donner ! Il en est ainsi du harcèlement, qui a toujours existé, mais qui revêt aujourd’hui un caractère insistant. De fait, même s’il faudrait déjà s’entendre sur une définition de ce concept, il est nécessaire d’informer tout un chacun sur les tenants et les aboutissants de ce type de comportement, éminemment inacceptable !

 

Le fond du problème n’est bien évidemment pas la recrudescence des plaintes justifiées, mais plutôt l’engouement de certains à utiliser de manière abusive des lois faites pour protéger de vraies victimes de sollicitations mâles placées ! Qui plus est quand la seule motivation de fond est de gagner facilement de l’argent en faisant un procès d’intention ! À l’avenir, il faudra veiller à ne pas saturer les cours de justice avec des gamineries qui peuvent se régler autrement !

 

 

Il faut cesser de se voiler la face et il est donc nécessaire d’informer

 

    Il est assez difficile de savoir où commence réellement le harcèlement sexuel par rapport à des gestes un peu, très et trop déplacés !

    Que ce soit concernant des enfants ou des adultes, les mâles peuvent avoir tendance à confondre dragouille, insistance et carrément harcèlement ! Ces petites attitudes, pouvant être lourdes de conséquences morales pour la victime, sont souvent relativement "innocentes" au départ, car tout garçon a un jour peloté une fille de son collège ou a feint l’accident en lui touchant les fesses. Même si ce n’est que des comportements idiots de gamins prépubères, il n’en reste pas moins que leur initiation aux courbes de l’autre sexe commence fréquemment par ce genre de délit. Le problème est quand cette attitude navrante ne disparaît pas avec l’âge et peut alors se transformer en véritable attaque en règle contre les parties charnues de l’autre, voire en envahissement moral par des poursuites graveleuses assidues !

    En raison de récents événements, on a demandé à M. Garrison de faire quelques cours sur le harcèlement sexuel à l’école ! Innocent qu’il est, Kyle se demande bien de quoi il s’agit ! Cartman  souhaite lui expliquer sa définition du harcèlement sexuel, et, d’une petite voix posée, genre je sais de quoi je parle, il le définit comme suit : c’est quand on essaye d’avoir des rapports avec une copine et qu’un autre mec vient vous chatouiller les couilles par derrière ! Encore une fois, il voulait faire le malin, mais ça n’a absolument rien à voir ! Le rectorat a donc envoyé un spécialiste qui va tout dire aux enfants sur le harcèlement sexuel dans les écoles par le biais d’une mascotte, Piti le panda du harcèlement sexuel ! Celui-ci se présente par une petite chanson : « Il est si sympa que vous en reviendrez pas, votre ami Piti le panda ! Il vient chez vous vous apprendre tout sur le harcèlement sexuel ! Dis pas ça, touche pas là, soit pas vicieux, tout ira bien mieux !!! Il vous dira ce qu’il faut faire ou pas, votre ami Piti le panda ! ». Il commence son exposé en demandant si les gars et les filles savent que « quand un petit panda tire la culotte d’un autre petit panda, c’est du harcèlement sexuel ? En tout cas, ça le rend trèèès triste ! Et quand un petit panda met son petit zigouigoui dans l’oreille d’un autre panda, ça le rend très très triste !!! ». Kyle a carrément les jetons de ce panda ! Ensuite, le panda distribue des brochures et ils vont étudier à fond tous les articles de la loi contre le harcèlement sexuel ! Ça blase déjà les enfants, et ça va durer cinq heures, avec une lecture juridique du type « Article 36, paragraphe 19 : Un panda ne doit pas faire de remarque à connotation sexuelle sur l’apparence d’un autre panda … »

 

La Justice n’est pas un jeu ... d’argent

 

Inventée par les humains pour définitivement sortir de l’animalité et entrer dans une nouvelle ère d’humanité en rejetant la vieille coutume de la vendetta, la Justice est le fondement de la culture deux fois sage sapiens sapiens.

Malheureusement, alors qu’avant et aux débuts de la civilisation on privilégiait les règlements à l’amiable (voire, au besoin, en passant par le duel), de nos jours on asphyxie la Justice ! On tente bien de discuter et d’essayer de trouver un terrain d’entente, mais on ne fait plus l’effort de prendre sur soi et de reconnaître ses erreurs, espérant toujours que la Justice donne finalement raison aux deux parties et que rien ne soit définitivement tranché. Pire, notamment aux USA même si ce phénomène traverse rapidement l’Atlantique, on en vient à faire des procès pour tout et n’importe quoi, surtout en comptant bien que la Justice penchera finalement de son côté et qu’un fait plus ou moins grave et volontaire ayant peu coûté rapportera gros !

Alors que Stan se plaint de cet enfer sur Terre que d’écouter le panda du harcèlement sexuel qui n’en finit plus d’égrener des articles de loi peu compréhensibles pour des enfants (et même pour des adultes), Cartman trouve ce panda super et cool ! Stan se doutait bien qu’il dirait ça ce lèche-cul de Cartman ! Ce dernier lui demandant de préciser de quoi il l’a traité, Stan en remet une couche en disant que dès que Cartman voit un cul, il faut qu’il le lèche, c’est un lèche-cul ! Mais point trop n’en faut : Cartman en a marre, il va le poursuivre pour harcèlement sexuel ! Stan l’a harcelé sexuellement pour la dernière fois !!! Et il lui montre l’article en question : c’est écrit là qu’il peut lui faire un procès et lui piquer tout son argent ! Ce que confirme Piti, il a le droit : « La partie du premier panda peut poursuivre la partie du second panda au préjudice incident ou implicite de la partie panda défendante susmentionnée ! ». Au tribunal, la juge Julie ouvre l’affaire Cartman contre Marsh, numéro 902-8-8, en présence de l’avocat de la partie plaignante, en l’occurrence le père de Kyle. Cartman se plaint que Stan veuille qu’il lui fasse des caresses buccales sur le derrière, ce que Stan rectifie en arguant qu’il l’a "juste" traité de lèche-cul, ce qui effectivement n’a rien à voir avec un anulingus (plus fréquemment appelé anilinctus) ! Mais Cartman ne se laisse pas démonter (hum, désolé), tellement ça l’a bouleversé qu’il n’arrivait plus à se concentrer : il revoit encore ses yeux posés sur lui, parcourant tout son corps de haut en bas comme s’il le déshabillait du regard (pleurnichant dans les bras de son avocat) !!! Stan ne peut pas laisser dire ça, alors que Cartman insulte tout le temps tout le monde !!! Mais le père de Kyle joue sur le fait que son client soit trop bouleversé pour continuer ! La juge demande alors à Stan ce qu’il a à dire pour qu’elle entende sa défense. Se tournant vers Kyle, qui ne sait trop quoi dire ou faire, Stan bredouille qu’il n’a que huit ans ! Pour la juge cette affaire est rondement menée : selon les nouvelles lois sur le harcèlement sexuel à l’école, elle le déclare coupable ! Comme le défendeur est mineur et qu’il ne dispose d’aucune ressource personnelle, la moitié de ses biens seront saisis au titre de dommage et remis à Éric Cartman ! Dans la chambre de Stan, en compagnie d’un officier et de son avocat, Cartman commence ses emplettes : il veut le garage avec l’ascenseur et le Power Jim ! Il demande tout de même à Stan s’il tient beaucoup à un camion téléguidé. Mais vu que c’est le jouet préféré de Stan, Cartman se fait un malin plaisir de le saisir ! Puis vient le tour d’un dinosaure, que Stan déteste. Donc ça ne devrait pas l’ennuyer que Cartman le prenne, sauf que c’était une feinte, mais à feinteur, feinteur et demi ! Pour ses honoraires d’avocat, le père de Kyle a le droit de prendre soit la super loco soit le ballon de football ! Mais il a bien réfléchi : au fond, qui est vraiment responsable du harcèlement que Cartman a subi si ce n’est l’école ! Mais Cartman ne sait pas trop pourquoi il devrait attaquer l’école. Pour le père de Kyle, c’est parce que ... eh bien, ils auraient dû empêcher ce harcèlement sexuel et … surtout, parce qu’ils ont beaucoup de pognon !!! Ils y gagneraient beaucoup plus que la moitié des affaires de Stan ! Au tribunal, lors du procès de l’école, la juge demande à M. Garrison s’il savait qu’on se livrait dans sa classe au harcèlement sexuel, mais il ne se doutait de rien. Le père de Kyle lui demande alors si oui ou non il a entendu son client se faire traiter de lèche-cul ? Répondant clairement oui, le père de Kyle s’énerve que le prof n’ait rien fait ou dit ! Mais M. Garrison s’explique en stipulant que c’est vrai, Cartman est un lèche-cul, ce qui a le don de plier de rire tous les élèves et les adultes de la salle. Au tour de la principale Victoria de s’expliquer si elle savait que Cartman se faisait harceler dans son école, mais à sa connaissance, ni plus ni moins que les autres élèves ! En fait, elle n’admet pas que le harcèlement se soit bien produit car elle ne peut pas être partout et à tous les instants !!! Pour le père de Kyle, le harcèlement s’est bien produit et il tente de faire craquer la principale en l’intimidant en lui faisant les grands yeux, en haussant le ton et en se penchant sur elle à lui faire peur d’une agression ! Le résultat est stupéfiant : la principale avoue tout : c’est elle qui l’a tué ! Elle l’a égorgé, ensuite elle a découpé le corps ! Elle a voulu le brûler mais il refusé de prendre feu !!! Elle a mis les jambes dans des sacs poubelle et jeté le torse dans la rivière ! D’accord, on a bien compris, sauf que là n’est pas la question (même si ce serait bien plus intéressant et sérieux de s’occuper de ce cas là !). Pour finir, le père de Kyle demande le témoignage d’un expert, celui du panda du harcèlement sexuel ! Celui-ci explique que lorsqu’un petit panda demande à un autre petit panda des caresses buccales, c’est du harcèlement sexuel, et que s’y on s’en tient strictement au texte de loi, c’est l’école qui est responsable ! Après examen du dossier, l’école de South Park devra verser à Éric Théodore Cartman un million trois cents mille dollars au titre de dommage ! Cartman n’en peux plus de joie et entame une danse effrénée ! Quant au père de Kyle, il est fier de se vanter devant son fils que leur nouvelle maison soit grande ... vraiment très grande ! Cartman aussi est aux anges avec sa très jolie montre et ses super godasses ! C’est lui qui nous le dit : « faire un procès, ça troue le cul !!! ». Du coup, Clyde veut aussi faire un procès à quelqu’un et Barbara commence tout de suite à se chercher un avocat. Tous les gamins sont d’accord et motivés ! Tant et si bien que le père de Kyle en fait une pub : « Les enfants, vous en avez assez d’être harcelés à l’école ? Assez de vous faire traiter d’homo, de couille molle, de tête (relisant sa fiche) de cul ??? Alors, appelez-moi : le papa de Kyle ! Avec moi, vous êtes sûr de fermer le clapet de ceux qui vous harcèlent à l’école !!!
Témoignages : Barbara : « Un garçon de ma classe a voulu mettre sa langue dans ma bouche ! J’ai tout de suite cherché un avocat ! J’ai eu un million six cents mille dollars de dommage grâce au papa de Kyle ! J’ai eu aussi un vélo super chouette ! Merci papa de Kyle !!! ». Clyde (sirotant un cocktail sur le pont de son yacht) : « Le papa de Kyle m’a obtenu deux millions de dollars, et il peut en faire autant pour vous ! Maintenant, je suis entouré de jolies filles !!! ». Alors appelez-moi, le papa de Kyle ! Car c’est pas une question d’argent … mais une question de … attendez, mais qu’est-ce que je raconte là ? Appelez-moi !!! (une voix off chantonnante) Ceux qui te harcèlent, c’est des racailles ! Attaque-les avec le papa de Kyle !!! ». De retour au tribunal, Cartman est reconnu coupable d’avoir harcelé sexuellement Pip Philip à l’école pour lui avoir demandé de sucer son … enfin, on imagine quoi ! Il donnera à Pip la moitié de ses affaires et l’école lui versera la somme d’un million six cents mille dollars ! Wendy la cochonne devra donner la moitié de ses affaires à Craig pour lui avoir touché les fesses, et l’école lui remettra deux millions de dollars ; idem pour Tweek accusé d’avoir fait des commentaires sur la forme du cul de M. Mackey. La principale Victoria en tombe de sa chaise, l’école est ruinée ! Alors que les procès pour harcèlement sexuel augmentent dans tout le Colorado, le plus attendu de tous est sur le point de s’ouvrir : le procès pour harcèlement sexuel de tout le monde contre tout le monde ! Quelle qu’en soit l’issue, la caisse des écoles est d’ores et déjà assurée de perdre environ trente millions de dollars !!! Le représentant des premiers tout le monde sera Gerald Broflofski (avec cette orthographe à la télé), un avocat de South Park bien décidé à empocher une belle commission ! Le représentant de l’autre tout le monde sera … Gerald Broflofski ! Donc quoi qu’il advienne, l’avenir semble radieux pour le papa de Kyle !

 

Tous les abus se payent tôt ou tard, et souvent au prix fort

 

Toute sanction mérite réparation ! Mais quand ce sont les institutions qu’on attaque par facilité pour se faire de l’argent, il ne faut pas oublier d’où viennent leurs ressources : des contribuables, c’est-à-dire nous tous, les Citoyens imposables !

On a souvent tendance à s’en prendre aux institutions, d’une parce qu’elles représentent l’ogre étatique très gourmand en financement et de deux parce que justement elles ont beaucoup de ressources. Mais c’est oublier que si elles ont autant de moyens, c’est parce que les contribuables leurs allouent des sommes certaines pour avoir en retour des services publics de qualité ! L’autre problème qui découle directement de cette frénésie de procès est qu’à abuser des choses utiles on dénature leur fonction de base et on s’empêche de vivre sereinement ! Comme dans tant d’autres domaines : trop de droit tue le droit !!!

Kyle se demande bien où l’école va trouver les sous si elle doit donner un million trois cents mille dollars à Cartman et à son père. Celui-ci lui explique que les écoles ont beaucoup d’argent : en tant que contribuable, il paye des impôts tous les ans et une partie de l’argent des impôts est réservée aux écoles ! Et c’est sur cet argent qu’ils vont prendre leurs un million trois cents mille dollars ! Alors que Kyle est interloqué par tout ça et demande à son père s’il ne voit aucun problème à tout ça, ce dernier lui explique que c’est un système très fragile que la nature a crée : les choses dépendent les unes des autres ! Mais Kyle comprend bien que son père essaye de l’embrouiller ! D’ailleurs, l’école a dû procéder à quelques changements, mais les cours seront assurés "normalement" ! Pour exemple, les tables des élèves, avec chaise incorporée, ont été vendues en raison de quelques coupes budgétaires dues à l’énorme amende que doit payer l’école ! Du coup les gamins étudient par terre ! De même, M. Garrison s’excuse pour un bruit atroce : on ne lui donne plus de craie, donc il devra désormais écrire au tableau avec un vieux clou rouillé ! Même le panda du harcèlement sexuel est licencié, notamment parce qu’un panda n’a rien à voir avec le harcèlement sexuel. À la cantine il n’y a que de la purée en flocons, là aussi on a réduit le budget ! Stan demande alors conseil à Chef pour arrêter tous ces procès, mais il n’en sait rien, il vaudrait mieux voir directement avec le père de Kyle, c’est lui l’avocat ! Mais justement, Kyle a bien essayé de lui parler, mais il ne veut pas arrêter les procès car ça lui rapporte trop d’argent ! L’autre solution serait de voir avec le panda du harcèlement sexuel car tout a commencé à cause de lui ! Chef leur souhaite de réussir, autrement ce sera purée en flocons jusqu’aux vacances, ce qui fait partir Cartman en courant et hurlant de dégoût ! Mais les choses s’annoncent mal : devant leur nouvelle nouvelle maison, Kyle trouve que l’ancienne nouvelle maison était déjà grande, mais il sait aussi que le procès du lendemain de tout le monde contre tout le monde va encore plus aggraver la situation ! L’autre problème est que le droit a fait intrusion partout, même et surtout à l’école où le père de Kyle est là pour assurer ses affaires. Il suffit que M. Garrison demande à Clyde quand Ulysse S. Grant fut président pour que l’avocat l’enjoigne de ne pas répondre ! Tentant sa chance avec Craig, M. Garrison s’entend dire que l’élève refuse de répondre sur des faits où il pourrait être incinéré (rectification de l’avocat) ... incriminé ! Pour M. Garrison, c’est un vrai problème que les élèves aient tous un avocat, et cela devient très gênant pour étudier ! Mais suite à quelques petits mots glissés à son oreille par le père de Kyle, il rectifie : il trouve naturel qu’ils aient un avocat et il soutiendra toute action en justice qu’ils mèneront ! Au conseil administratif de l’école, alors que cela fait trente-deux procès pour harcèlement sexuel de plus en moins de vingt-quatre heures, le président propose d’arrêter le soutien scolaire et le programme de santé ! Une adjointe se plaint même que les enfants commencent à poursuivre les adultes, et qu’ils pourraient donc être les suivants ! D’ailleurs, les enfants débarquent en plein conseil ! Stan demande simplement à parler au panda du harcèlement sexuel, mais tout le monde se réfugie derrière les tables. Le président exhorte les enfants à ne pas les poursuivre, un adjoint précisant qu’ils leur donneront tout ce qu’ils veulent ! Et ils veulent justement le panda ! Le président explique alors qu’ils ont dû se séparer de lui, enfin (devant la stupéfaction de Cartman), qu’il a démissionné, mais ils ignorent où il est, suppliant encore une fois qu’il n’y ait pas de procès ! Stan ne comprend vraiment pas ce qu’ils ont, en tout cas ils ne sont pas bien !!! Mais cette hystérie touche aussi les médias : critiquant le procès de tout le monde contre tout le monde, le journaliste exprime son opinion selon laquelle l’avocat n’est qu’un sale enfoiré qui tire avantage (on lui tend un papier) d’une situation où chacun … Info de dernière minute : le journaliste Kevin Mac Carthy est poursuivi par le papa de Kyle pour diffamation ! Le journaliste s’est pour l’instant refusé à tout commentaire … !!! Même si ça gonfle Kyle, son père veut lui expliquer quelque chose : on vit dans une société démocratique et libérale, et les démocrates ont fait des lois sur le harcèlement sexuel précisant ce qu’on a le droit de dire ou pas sur notre lieu de travail, et sur ce qu’on a le droit de faire ou de ne pas faire sur notre lieu de travail ! Pour Kyle on appelle ça du fascisme, mais pas pour son père car on ne dit pas que c’est du fascisme ! Lui demandant s’il a compris, Kyle lui retourne la question, que son père élude vite fait en disant que la maison est vraiment très grande ! Les enfants vont alors sur l’île des mascottes disjonctées pour tenter de trouver une solution ! Il faut en effet que Piti le panda revienne en vitesse à South Park car tout le monde fait des procès à tout le monde et qu’il est plus ou moins responsable ! Piti le panda se désole que tout ce qu’il fasse provoque des catastrophes, mais Stan le motive car les gens l’écouteront : le panda du harcèlement sexuel ne sert plus à rien à présent, il a usé tous ses pouvoirs panda à force de parler du harcèlement sexuel ! Maintenant, il doit porter un nouveau message, un nouveau message qui pourrait être utile aux gens, à savoir que ce n’est pas bien de se faire des procès tout le temps ! Au tribunal, le père de Kyle plaide que dans cette affaire, tout le monde a commis un crime, et tout le monde doit payer pour ce crime ! Son client, tout le monde, a été blessé par ce crime et doit recevoir réparation ! Juste avant qu’il ne commence sa plaidoirie, débarquent les enfants et Piti, le panda contre les procès ! Celui-ci se lance dans un grand discours moralisant : « quand on poursuit quelqu’un, c’est tout le monde qui est touché ! Il n’y a rien de pire que l’argent facile ! Les plaignant le font pour l’argent, mais cet argent est celui des écoles, des impôts, de l’état : bref, c’est le nôtre !!! Quand on attaque quelqu’un, on prend l’argent des crèches, des écoles et des hôpitaux, pour le mettre dans notre poche ! Et ça, c’est quelque chose qui rend Piti le panda contre les procès très triste ! ». Pour un plaignant, qui ne savait pas que les procès étaient aussi moches, tout ça c’est la faute de cet enfoiré d’avocat ! Un autre confirme : il faut lui faire un procès et lui foutre des bambous dans le cul !!! Alors que la vindicte populaire est en marche, le père de Kyle prend sa propre défense car il a vraiment appris quelque chose aujourd’hui : tout ce qu’il voyait, c’était les millions de dollars qu’il empochait, sans se soucier de savoir d’où l’argent provenait ! Quand on poursuit quelqu’un, on ne fait que causer des tas de problèmes à la société ! Il ne s’occupera plus d’affaire de harcèlement sexuel dans les écoles : la loi est trop vague et trop facilement contournable ! Puisqu’il n’y a plus d’avocat, la juge classe le dossier. Piti le panda délivre un dernier message aux petits enfants : « les procès nuisent à la société ! Certes, il est tentant de gagner de l’argent, mais il faut se souvenir que cet argent doit bien venir de quelque part, et en général ça finit par léser des tas de gens innocents ! ». Il s’en va en chantonnant « Poum pou pou poum poum poum » sur l’air de bonne nuit les petits !

 

 

Conclusion :

 

 

Voyez, on se couchera moins bête car on a appris un truc aujourd’hui : la Justice c’est bien, en abuser ça craint ! Il est bien normal de vouloir protéger son intégrité psychique et physique, mais il ne faut pas tomber non plus dans des extrêmes où le procès est une arme de paupérisation massive !

 

Le harcèlement, sexuel ou moral, est un comportement inacceptable, tout le monde en conviendra ! Il est donc important de sensibiliser les éventuels bourreaux et les victimes potentielles à ce fléau. Pour autant, que ce soit sur ce sujet ou concernant d’autres griefs, certains usent et abusent de leurs droits en faisant des procès pour tout et n’importe quoi. On ne le dira jamais assez, la voie de la raison est la médiation ! D’autant plus quand on sait que certains se font une spécialité de gagner de l’argent facilement en recherchant la moindre faille pénale pour attaquer autrui sur des délits "bénins" (même si un délit reste un délit, mais à considérer avec des pincettes), alors que tant de méfaits graves mettent des années à être jugés !

 

Une société stable ne peut se tourner tout le temps vers la Justice pour régler le moindre conflit, au risque de paralyser les tribunaux comme c’est déjà le cas aujourd’hui ! Les Citoyens se doivent d’évoluer et de ne plus se crisper sur des détails de droit : ce n’est pas parce que la loi autorise ceci cela que l’on doit forcément tout prendre au pied de la lettre ! Comme souvent, il faut essayer de trouver un juste milieu entre le Respect de soi et d’autrui en privilégiant les règlements à l’amiable : un mauvais accord vaut mieux qu’un jugement moyen insatisfaisant les différentes parties !!!

Commenter cet article

http://www.writeanessay.net 01/03/2015 14:26

Your blog is very much innovative and much helpful for any industry as well as for person.